Présidentielle 2012 : une guerre des mots

Alors que les résultats du premier tour de l’élection présidentielle viennent de tomber, les deux candidats encore en lice s’apprêtent à se livrer une bataille dont les seules armes autorisées sont la parole et le poids des mots.

Pour Nicolas Sarkozy, le président sortant, l’exercice semble aisé et il n’a jamais hésité à attaquer la politique de ses adversaires dans ses discours. Preuve qu’il ne redoute pas la confrontation orale, sa proposition de mettre en place trois débats (au lieu d’un) contre François Hollande avant le deuxième tour. Le candidat socialiste a vivement rejeté cette idée, expliquant que l’on ne change pas les règles en cours de jeu ‘parce qu'[on] a un mauvais résultat’. L’ancien premier secrétaire du PS s’élance ainsi dans le combat, lui qui semblait il y a quelques mois encore peu enclin à faire usage de répliques assassines.

Twitter : l’endroit où le débat fait rage

Pendant ce temps, sur le web, les partisans des deux camps s’affrontent déjà par tweets interposés. Le hashtag #JeVeux3Débats a permis d’ouvrir les hostilités et chacun y va de son commentaire, pour la plupart sur un ton sarcastique :

L’entre-deux tours s’annonce donc tendu et chaque parti entend mener le jeu par sa verve et son sens de la réplique – parfois au détriment des idées politiques. Il y a fort à parier que l’épisode des trois débats sera suivi par bien d’autres, et cette campagne démontre une fois de plus que les mots sont en politique la plus redoutable de toutes les armes.

Publicités