Un pied au paradis, Ron Rash

AVT_Ron-Rash_3520

Ron Rash est un auteur américain né en 1953 à Chester, en Caroline du Sud. Il commence sa carrière en 1994, en publiant un recueil de nouvelles intituléThe Night the New Jesus Fell to Earth. Depuis, sont sortis trois recueils de poèmes, trois recueils de nouvelles ainsi que quatre romans. Parmi ceux-ci, on trouve Un pied au paradis, paru en 2002 aux Etats-Unis et en 2009 en France.

9782702434017_1_75

Ce roman évolue autour de cinq narrateurs qui se succèdent afin d’évoquer les circonstances d’une tragédie : la mort de Holland Winchester, un habitant du comté d’Oconee, dans les Appalaches du Sud. Ce vétéran imbu de lui-même et grande gueule disparaît du jour au lendemain, laissant derrière lui de nombreuses énigmes latentes ainsi qu’une mère d’ores et déjà prête à faire son deuil. Le shérif Alexander mène l’enquête, persuadé d’avoir affaire à un meurtre et tenant déjà un coupable idéal en la personne de Billy Holcombe, le voisin des Winchester.

Dans l’univers moite de cette région originellement peuplée de Cherokees mais peu à peu récupérée par les forces capitalistes, le mystère prend de l’ampleur tandis que chaque narrateur expose son point de vue, entraînant le lecteur dans les profondeurs des interactions humaines qui régissent la communauté.

oconee-reflections2(Source photo : Paddle Georgia)

Les conflits entre personnages varient au fur et à mesure du développement de l’intrigue. Le shérif, le voisin, sa femme, leur fils et l’adjoint du shérif sont tous les cinq à la fois acteurs et témoins, et leur parole semble faire écho au déracinement progressif expérimenté par la population du comté. Entre regrets, rancœurs, pardon et sacrifice, les êtres torturés de ce roman combattent leurs démons sans jamais oublier de continuer leur route coûte que coûte. La force se mêle à la faiblesse, le courage à la lâcheté, et les diverses émotions à l’oeuvre dans ce récit orientent le discours selon un fil qui serpente le long de la rivière Oconee, symbole de puissance autant que d’anéantissement.

Publicités